Clap de fin pour le centenaire en Ille-et-Vilaine

Très investi depuis 2014 dans la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, le Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine sonnera le clap de fin de ce grand cycle culturel du 6 au 9 novembre 2018. Au menu : spectacle vivant, photographie, ateliers à destination des plus jeunes et bande dessinée mais aussi une riche journée d’études traitant des rapports des historiens, des généalogistes ou des enseignants aux archives et aux programmes de numérisation dont certaines ont pu faire l’objet.

La récente polémique sur les archives dites « essentielles » a en effet mis en lumière les métiers liés à la conservation, à la valorisation et à la diffusion des documents anciens. Véritable carrefour entre services versants et usagers, le fonds d’archives est aux prises avec de nombreux publics différents : historiens bien entendu mais aussi généalogistes ou encore scolaires qui, tout au long de l’année, viennent se familiariser avec ces vieux papiers qui permettent de faire resurgir le passé. Et encore, ceci ne tient pas compte des innombrables curieux qui, par la grâce de la révolution numérique et des réseaux sociaux, peuvent aujourd’hui consulter en quelques clics, à toute heure du jour et de la nuit et sans même quitter leur domicile, de nombreux corpus d’archives.

S’il est une source qui dit aujourd’hui bien cette multiplicité des rapports à l’archive, ce sont les fiches matricules du recrutement. Ayant bénéficié dans la perspective du centenaire de la Première Guerre mondiale de vastes programmes de numérisation, ces registres sur lesquels figurent les parcours militaires des individus passés par les conseils de révision sont aujourd’hui accessibles en ligne 24 heures sur 24. Il apparaît dès lors opportun de voir en quoi le passage à l’ère digitale modifie le rapport au document, en interrogeant tant l’expérience des archivistes que les pratiques de celles et ceux qui, au quotidien, consultent et exploitent ces sources.