une arme face aux inventaires ?

En 1906, l’inventaire des biens ecclésiastiques entraine une vague de violence sur l’ensemble de la France. En Bretagne, terre où l’influence de l’Eglise est encore bien réelle, la situation est en bien des endroits des plus tendue. La révolte des fidèles n’est pas seulement spontanée, elle est préparée par les autorités religieuses avec le doux espoir de voir naitre une nouvelle chouannerie.

Pour en savoir plus...

une famille de maraîchers bretons

Qui songe aux migrations bretonnes en région parisienne pense automatiquement à des milliers d’individus quittant leurs campagnes pour s’embaucher comme ouvriers dans l’une des immenses usines de la plaine Saint-Denis. C’est oublier que la réalité est plus complexe, à l’instar de la famille Pellan-Kersanté, véritable dynastie de maraîchers dionysiens cultivant des millions de salades au pied des barres d’immeubles.

Pour en savoir plus...

Le général cet inconnu

Synthétique mais très complet, on ne saurait trop dire combien l’ouvrage que publie Gérard Géhin est un outil de travail qui rendra les plus grands services à quiconque travaille sur la Première Guerre mondiale. En proposant un véritable dictionnaire des généraux  la Grande Guerre, l’auteur livre un volume qui rendra bien des services mais, espérons-le, suscitera également bien des vocations tant il y a là un terrain fertile pour la recherche.

Pour en savoir plus...

Etre un travailleur immigré à Rennes

Une certaine culture victimaire associe volontiers la Bretagne à une terre d’émigration et les Bretons, surtout ceux partis vivre à Paris, à des  « parias ». Mais ce système de représentations oublie volontiers que la péninsule armoricaine est aussi une terre d’immigrations et que, dans les années 1970, les Portugais et les Maghrébins y vivent des situations particulièrement difficiles, et parfois même le racisme.

Pour en savoir plus...

Un diner presque parfait

Bien avant Paul Bocuse, Alain Ducasse, Joël Robuchon ou Olivier Roellinger, ces chefs cuisiniers qui trustent les étoiles et les restaurants, il y avait à Riec-sur-Belon, dans le Finistère, Mélanie Rouat. Aujourd’hui oubliée, ce « grand cordon bleu » célébré par les plus grands nous dit pourtant beaucoup sur la manière dont non seulement on magne mais dont on considère, aujourd’hui,  les grandes tables.

Pour en savoir plus...

La guerre du Vietnam et la Bretagne ?

Alors que les Bretons pensaient en avoir définitivement avec la péninsule indochinoise avec la défaite de Dien Bien Phû, ils sont rappelés à la réalité en 1966 lorsque le secrétaire général de l’ONU et le pape lancent leurs appels à la paix. Un éditorial publié par Ouest-France explique en quoi l’escalade de la violence pourrait étendre le conflit asiatique jusqu’aux bords de l’Atlantique.

Pour en savoir plus...

La statue de la discorde

En 1902, les Républicains érigent une statue en l’honneur de Lazare Hoche, le héros révolutionnaire qui a mis en déroute l’armée des émigrés lors de l’expédition de Quiberon en 1795. Pour la presse conservatrice, le monument est perçu comme une provocation. Pour les Républicains, c’est le moyen d’affirmer leur présence dans une région encore largement acquises à la monarchie.

Pour en savoir plus...

construire la ville à la campagne

Qu’est-ce qui ressemble le moins à une commune périurbaine qu’une autre banlieue, espace infini d’habitations individuelles alignées comme à la parade sur des routes qui semblent comme décalquées ? Le Rheu, dans les environs de Rennes ! Cette commune d’Ille-et-Vilaine est en effet dans les années 1950 le lieu d’une expérience urbanistique originale, consistant à faire venir la ville à la campagne, et non l’inverse.

Pour en savoir plus...

Des espagnols á la Chapelle-Launay

Les Compagnies de travailleurs étrangers constituent un véritable angle mort de l’historiographie de la Seconde Guerre mondiale. Luis Garrido Orozco s’est intéressé à la 185e, composée de réfugiés espagnols et qui le temps de quelques mois stationne en Bretagne, dans l’estuaire de la Loire, à La Chapelle-Launay. Plongée dans une histoire inédite.

Pour en savoir plus...

Le naufrage du Pourquoi-Pas ?

La mort du commandant Charcot à bord de son célèbre Pourquoi-pas ? le 16 septembre 1936 frappe douloureusement la France. La presse montre bien la puissance de cette onde de choc et autorise sans doute à parler d’un véritable deuil collectif. Mais en Bretagne, peut-être plus qu’ailleurs, la catastrophe est ressentie encore plus durement tant les liens avec Charcot sont puissants et nombreux.

Pour en savoir plus...

Les alignements de Carnac en 1970

S’il est un endroit qui, en Bretagne, rappelle que tourisme de masse et protection du patrimoine ne font pas nécessairement bon ménage, ce sont les alignements mégalithiques de Carnac, dans le Morbihan. Dans les années 1970, l’endroit est un mélange de parking et de camping plus ou moins sauvage, le tout s’accompagnant d’une réserve abondante de détritus modernes tels que les papiers gras.

Pour en savoir plus...

Une non-histoire de la Voie de la Liberté

On ne saurait trop conseiller l’exposition que présente Bruno Elisabeth aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine même s’il ne s’agit pas, à proprement parler, d’une exposition d’histoire. C’est même de tout l’inverse dont il s’agit à travers ces photographies de la Voie de la Liberté : c’est en effet l’amnésie, la déperdition de données historiques qui sont au cœur du propos, dimension qui ne peut pas ne pas interpeller.

Pour en savoir plus...

sortie de guerres du capitaine Tikhomiroff

Comme enveloppés dans cette ambiance à la fois mystérieuse et pathétique que seules les grandes steppes russes savent transmettre, les souvenirs du capitaine Tikhomiroff portés en roman graphique par Gaétan Nocq constituent une excellente introduction à la complexité de cette année 1917 sur le front est. Douze mois qui abattent un monde mais qui tardent à en accoucher d’un autre, prolongeant d’autant la sortie de guerre.

Pour en savoir plus...

Un notaire au service du général de Gaulle ?

Yves Kerrand n’est certainement pas l’homme politique breton le plus célèbre de sa génération. « Modeste » conseiller général et maire de Locminé, il devient pourtant  l’un des gaullistes les plus influents du Morbihan au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Itinéraire d’un notable auréolé par son action résistante dont le parcours dit le poids du Gaullisme en Morbihan.

Pour en savoir plus...

Le danger : c’est le neutre

Pendant la Première Guerre mondiale, la nationalité est une dimension qui assigne de fait un individu à un camp. C’est cette réalité qui rend ainsi les Alsaciens-Lorrains aussi suspects aux yeux des Français que des Allemands. Mais en février 1918, le sous-préfet de Saint-Nazaire pousse la logique encore plus loin et n’hésite pas à affirmer que « le danger, c’est le neutre ». Il est vrai que des informations sensibles transitent par ce port.

Pour en savoir plus...

La naissance d’une commune

S’il est un échelon territorial qui semble immuable, comme hérité de la nuit des temps, c’est bien la commune. Pourtant, la réalité est toute autre. Aujourd’hui, les communes fusionnent dans des communautés mais au tout début du XXe siècle, certaines au contraire se déchirent pour, au final, donner naissance à de nouveaux villages. Tel est le cas de Keryado, dans les environs de Lorient, commune née en 1910.

Pour en savoir plus...

Jean Robic, et Le Peuple breton

Il est des compétitions qui dépassent de loin le cadre des seules pages sportives. Le Tour de France en est un exemple flagrant, même pour le mensuel nationaliste Le Peuple breton. C’est ainsi dans la rubrique des faits divers que ce journal fondé par Joseph Martray relate la victoire de Jean Robic dans le Tour de France 1947, un exploit présenté comme un véritable plébiscite pour la cause bretonne.

Pour en savoir plus...

une descente de Black blocs en mai 1904

Le 31 mai 1904, la ville de Lorient fait face à l’une des premières manifestations violentes de son histoire. Depuis plusieurs mois, ce type d’action se multiplie en Bretagne, région traditionnellement épargnée par le mouvement social. La population est scandalisée et les politiques s’emparent du sujet, jusque sur les bancs du Sénat, tentant d’en attribuer à l’adversaire la responsabilité.

Pour en savoir plus...

pour une histoire culturelle du travail

Conçu comme une sorte de guide présentant les archives qui servent à écrire l’histoire du travail dans le département du Finistère, l’ouvrage que Maël Cariou publie chez Locus Solus est en réalité bien plus que cela. Ce livre est en effet non seulement une invitation à se plonger dans un passionnant champ d’investigation mais une incitation à renouveler ce terrain par l’intermédiaire de l’histoire culturelle.

Pour en savoir plus...

Fred Moore où l’art d’y voir clair

Français libre, député gaulliste et Compagnon de la Libération, Fred Moore entretient des liens étroits avec la Bretagne même si c’est en Picardie, à Amiens, qu’il grandit et effectue une large partie de sa carrière. C’est en effet à Brest qu’il naît, qu’il naît d’ailleurs deux fois. A l’état-civil tout d’abord puis, le 19 juin 1940, en quittant la France pour rallier l’Angleterre et s’engager aux côtés du général de Gaulle.

Pour en savoir plus...

Diwan, scolarité alternative ?

L’histoire des écoles Diwan est indissociable du regard porté sur cette institution qui, c’est le moins qu’on puisse dire, ne laisse pas indifférent : véritable socle de la défense de la « culture bretonne » pour les uns, école de bobos réservés aux nantis soixante-huitards pour d’autres. Diwan est avant tout un objet de curiosité, sorte d’objet scolaire non identifié, pour les journalistes de télévision venus y tourner un reportage.

Pour en savoir plus...