La communarde du Finistère

Si la figure de Louise Michel reste encore quelque peu imprimée dans les mémoires comme l’une des immenses références de la Commune de Paris, rares sont les personnes qui peuvent mentionner l’une de ses compagnes de barricades, la finistérienne Nathalie Lemel. Là est tout le mérite de cet album que de nous amener sur les pas et au milieu des combats de cette Bretonne au destin extraordinaire.

Pour en savoir plus...

l’anti-Tabarly

Aujourd’hui complètement oublié, Jacques-Yves Le Toumelin est un immense navigateur breton qui rappelle ce que fut la voile d’aventure. Alors que les concurrents du Vendée Globe naviguent autour du monde en moins de 80 jours, lui met trois ans à revenir à son port d’attache. Pour lui la mer est aussi  un voyage intérieur, une quête de spiritualité. En cela, Jacques-Yves Le Toumelin est bien l’anti-Eric Tabarly.

Pour en savoir plus...

Une série incontournable

La série M des Archives départementales est une étape incontournable pour celui qui souhaite étudier l’histoire contemporaine de la Bretagne. En conservant les documents produits par l’administration déconcentrée de l’Etat, et plus particulièrement par l’administration préfectorale, elle offre tant aux historiens qu’aux généalogistes un regard incomparable sur l’évolution des départements.

Pour en savoir plus...

Un nouvel objet d’histoire

Remarquable colloque que celui organisé les 16 et 17 mars 2017 à La Roche-sur-Yon par le Centre de recherches en histoire internationale et atlantique sur les élections municipales de 1977. Ce captivant exercice d’histoire du temps présent a en effet permis de revenir sur un important moment politique, temps d’un durable basculement à gauche de l’Ouest et de la Bretagne et début d’un cycle qui est peut-être en train de s’achever.

Pour en savoir plus...

Une tempête de papier ?

La tempête que décrit L’Ouest-Eclair dans son édition du 30 décembre 1929 a une particularité qui la rend particulièrement intéressante à l’historien : elle parait bien clémente ! Dès lors, en regardant sa médiatisation, on en peut s’empêcher de se demander si l’actualité est avant tout fonction de la place disponible dans les journaux plutôt que des évènements qui, effectivement, se produisent dans le monde ?

Pour en savoir plus...

Léon Jost, fusillé par les Allemands

Suite à la liquidation par la Résistance du Feldkommandant Karl Hotz, le  20 octobre 1941 à Nantes, 48 otages sont exécutés. Cette histoire bien connue, c’est celle des fusillés de Châteaubriant qui, par ailleurs, éclipse celle des autres otages qui perdent la vie le même jour à Paris et à Nantes. Parmi eux figure Léon Jost, figure emblématique de la vie associative nantaise.

Pour en savoir plus...

une Bretonne de Paris vedette de la chanson

Avant la Môme Piaf il y eut Fréhel, immense vedette de cette chanson que l’on dit réaliste et qui marque profondément la mémoire collective. Mais qui sait que cette immense artiste est née Marguerite Boulc’h et qu’elle compte parmi les plus tragiques destins de ceux que l’on nomme les Bretons de Paris. Retour sur une vie achevée dans le plus profond dénuement, loin de la Java bleue qu’elle aimait chanter.

Pour en savoir plus...

Les Bretons dans les ardoisières de Trélazé

Si les carrières d’ardoises de Trélazé, commune située non loin d’Angers, jouissent d’une grande réputation, rares sont ceux qui savent que de nombreux Bretons y travaillent. Cette partie de l’Anjou est en effet une vive filière d’émigration et c’est une véritable communauté bretonnante qui y exploite la fameuse pierre. Retour sur ces méconnus mineurs de Bretagne, gueules bleues des ardoisières de Trélazé.

Pour en savoir plus...

Un polytechnicien parmi les bretons

Le 7e régiment d’artillerie de campagne, une unité rennaise, est décidément un régiment qui bénéficie de beaucoup d’attentions éditoriales. Après les mémoires de Jean Leddet et les carnets de Charles Oberthür, c’est autour de la correspondance de Jean Labie d’être publiée. Malheureusement, le volume est loin de convaincre tant la source est faiblement contextualisée.

Pour en savoir plus...

Un pont, ou plutôt trois, sur la VilainE

Il est un pont que l’on franchit aujourd’hui quasiment par mégarde et qui pourtant, tout au long des XIXe et XXe siècles, fut la cause de bien des tracas pour les ingénieurs et la population locale. C’est celui qui enjambe la Vilaine à La Roche-Bernard, point de passage obligé sur la route de Nantes Vannes. Retour sur la tumultueuse histoire d’un ouvrage d’art confronté à tous les vents, y compris ceux de l’histoire.

Pour en savoir plus...

l’autre grand quotidien breton

Si Rennes est difficilement dissociable de la fantastique aventure de presse que constitue L’Ouest-Eclair, puis Ouest-France, Brest, et de manière générale le Finistère, est viscéralement lié à La Dépêche, ancêtre du Télégramme. Tour d’horizon de l’autre grand quotidien breton, plus tourné vers la mer, moins conservateur aussi. Une source d’autant plus incontournable qu’elle est désormais accessible en quelques instants.

Pour en savoir plus...

Les Rennais et leur métro : un happy end ?

Les Rennais d’aujourd’hui en sont fous… et semblent avoir oublié combien virulentes sont au cours des années 1980-1990 les oppositions au projet de métro porté par le maire Edmond Hervé. En effet, nombreuses sont les voix à se prononcer en faveur d’un tramway, jugeant le métro peu adapté à la taille de la ville et surtout trop cher. Pourtant, le métro est aujourd’hui une réussite unanimement saluée.

Pour en savoir plus...

Maurice, l'autre Marchais

Maurice Marchais est un acteur incontournable de l’histoire morbihannaise du vingtième siècle. Brillant avocat, il est également une personnalité politique de premier plan, homme de gauche dans un bastion censément irrémédiablement acquis à la droite. Mais s’il reste célèbre, c’est peut-être davantage pour avoir été l’un des principaux chefs de la Résistance morbihannaise.

Pour en savoir plus...

Le premier Crunch victorieux

S’il est bien un événement qui fait date dans l’histoire du sport français, c’est la première victoire du XV tricolore, le 2 avril 1927, contre l’équipe à la rose dans le Tournoi des cinq nations. La preuve en est que même L’Ouest-Eclair évoque le match dans ses pages ! L’occasion d’ailleurs de s’interroger sur les raisons de ce qui, par bien des égards, semble s’apparenter à un désamour des Bretons pour le ballon ovale.

Pour en savoir plus...

la crise de Fachoda

La crise de Fachoda et le retrait des hommes du commandant Marchand de ces confins du Nil, en plein cœur de l’Afrique, est un événement dont on peine à imaginer aujourd’hui le retentissement. Si la figure de Marchand est mise en avant par les Républicains, la presse conservatrice, elle, se déchaîne et profite de l’occasion pour entonner une sévère critique du régime.

Pour en savoir plus...

le testament des poilus

En dévoilant 134 testaments de poilus rédigés juste avant leur départ au front, le Centre Jean Mabilon sur l’écrit parisien et l’Ecole des Chartes ouvrent d’immenses perspectives pour qui s’intéresse à la Grande Guerre. En effet, il s’agit là d’une source très peu utilisée, pour ne pas dire ignorée, qui intéressera tant les historiens du premier conflit mondial que les généalogistes parti sur les traces d’un aïeul.

Pour en savoir plus...

un « paysan ministre » socialiste

Simple paysan tout juste titulaire du certificat d’études primaires mais devenu ministre au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la vie de Tanguy Prigent est avant tout celle d’un parcours extraordinaire. Elle aussi celle d’un infatigable militantisme socialiste qui se conjugue avec l’implantation de ces idées en Bretagne, des mandats locaux les plus humbles aux plus hautes fonctions de la République.

Pour en savoir plus...

le paquebot maudit

Si certains navires sont assurément nés sous une bonne étoile, d’autres, au contraire, sont maudits. C’est le cas du Paris, un magnifique paquebot sorti des Chantiers de Saint-Nazaire et qui, en à peine 35 années d’existence, parvient à symboliser toutes les catastrophes rencontrées par la France de la première moitié du vingtième siècle. Comme si le symbole était au final trop lourd à porter pour la fine coque de ce liner.

Pour en savoir plus...