les archives et travaux du CICR

Depuis sa création, le Comité international de la Croix Rouge (CICR) est au cœur des conflits. Ses archives constituent donc une source majeure d’information pour qui s’intéresse aux guerres. Celles-ci font d’ailleurs l’objet d’un vaste programme de mis en ligne permettant de découvrir ce monde à part qu’est la détention en temps de conflit. Des sources qui raviront tant les historiens de la captivité que les généalogistes partis sur les traces d’un ancêtre capturé.

Pour en savoir plus...

les deux vies d’une « Vedette » bretonne

Comment ça « Normande » ? Bien qu’elle soit morte à Pont-l’Evêque, la Mère Denis est en réalité originaire de Bretagne. Cette icône « malgré elle » de la publicité, a marqué l’histoire de la télévision française, au point de demeurer une référence 30 ans après sa mort. Devenue célèbre à 79 ans, Jeanne Le Calvé a pourtant connu une vie éprouvante, loin des paillettes parisiennes.

Pour en savoir plus...

La Révolution dans la continuité

Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et social est une somme gigantesque compilant plus 186 000 notices qui, depuis le 5 décembre 2018, sont en consultation libre et gratuite sur le site du Maitron. Tour d’horizon d’une plateforme remodelée de fond en comble, site d’autant plus incontournable que l’œuvre est loin d’être achevée et nécessite toujours plus de volontaires.

Pour en savoir plus...

Une brève histoire du centre aéré

Pour beaucoup, le centre aéré constitue une sorte de madeleine de Proust, évocation nécessairement nostalgique d’une enfance heureuse. Pourtant, l’histoire de cette institution se révèle passionnante : se dégageant des carcans idéologiques de l’époque pour mieux répondre aux problématiques posées par l’urbanisme, le centre aéré illustre la professionnalisation de la prise en charge de la jeunesse.

Pour en savoir plus...

Anatole Le Braz : la Bretagne faite homme ?

Eminent celtisant, professeur à la faculté des lettres de Rennes et véritable fils spirituel de François-Marie Luzel, Anatole Le Braz est l’auteur de la célèbre Légende la mort, ouvrage qui connaît un immense succès. Sa renommée est telle qu’au moment de son décès on a pu prétendre qu’il personnifiait la péninsule armoricaine. Il est vrai qu’il est une figure majeure du mouvement breton.

Pour en savoir plus...

Une alerte sur la côte bretonne

Premier conflit massivement filmé de l’histoire, la Première Guerre mondiale mobilise massivement le cinéma. Il en résulte de nombreuses archives qui documentent aussi bien le conflit en lui-même que la manière dont il est représenté, à des fins d’édification de l’opinion. Tel est le cas de cette « alerte sur la côte bretonne », source exceptionnelle qui donne à voir la guerre du bout de la pointe Saint-Mathieu, dans le Finistère.

Pour en savoir plus...

Vichy et la révision des programmes

L’école est un enjeu qui déchaîne les passions et plus encore l’enseignement de l’histoire, matière sensible. Le régime de Vichy n’échappe pas à cette réalité et en septembre 1940 l’instituteur et militant de l’Action française Serge Jeanneret accorde un grand entretien à L’Ouest-Eclair dans lequel il expose son ambition pour les nouveaux programmes d’histoire sur lesquels devront plancher les élèves.

Pour en savoir plus...

Cheveux courts : un remède pire que le mal ?

S’il est résolument catholique et plutôt catholique, L’Ouest-Eclair demeure un journal dont la ligne éditoriale, fluctuante, n’est pas toujours évidente à suivre. En témoigne la question des femmes. SI le journal se montre plutôt favorable à leur droit de vote, il se montre modéré à propos de cette coupe de cheveux « garçonne » qui défraye la chronique, mais pour parfois mieux renforcer les stéréotypes de genre.

Pour en savoir plus...

Dixmude, en vers et contre tout

Dès 1915, l’histoire de la brigade des fusiliers marins commandée par l’amiral Ronarc’h inspire les poètes mobilisés pour l’effort de guerre et fait l’objet d’une mise en vers servant à glorifier une épopée comprise comme étant nécessairement bretonne. Mieux, un certain nombre d’auteurs ont même recours, à cette occasion, à la langue bretonne pour chanter ces Demoiselles aux pompons rouges.

Pour en savoir plus...

l’interdiction de manifester

Dans la mémoire collective, le Front populaire est le moment d’importantes conquêtes sociales. La séquence politique qui s’ouvre en 1936 est pourtant beaucoup plus complexe et rappelle combien la confrontation de la gauche à la réalité du pouvoir est rude. En témoigne le maire de Nantes, le socialiste Auguste Pageot, qui suspend le 27 avril 1937 le droit de manifester à la suite d’incidents survenus la veille.

Pour en savoir plus...

une adolescente au service de la résistance

Parmi les nombreux résistants qui périssent lors des combats de la Libération, on compte quelques adolescents à l’image d’Yvette Lorand. Agent de liaison, elle meurt le 31 juillet 1944 dans l’offensive menée contre le PC du commandant Caro à Bréhan-Loudéac. Si Yvette Lorand est moins connue que Guy Môquet, son histoire, aussi brève soit-elle, mérite également de l’être.

Pour en savoir plus...

Taldir Jaffrennou, et les Celto-Bretons

Les discours de sauvegarde et de valorisation de « l’identité bretonne » se sont toujours mal accommodés de la diversité existant sur la péninsule armoricaine. C’est ce que rappelle, d’une manière fort originale du reste, une tribune de Taldir Jaffrenou publiée en 1900 dans L’Ouest-Eclair. Dans ce texte, il évoque ainsi l’existence de « colonies » bretonnes… en Haute-Bretagne, et notamment à Rennes !

Pour en savoir plus...

La route du sel ou l’envers de la bagnole

Guérande et ses marais salants comptent assurément, aujourd’hui, parmi les plus emblématiques marqueurs d’une identité bretonne se conjuguant entre terre et mer. Pourtant, dans les années 1970, de faramineux projets touristiques menacent cet écosystème unique. Retour sur un combat qui, quoi que méconnu aujourd’hui, n’en révèle pas moins parfaitement les rapports de force de l’époque.

Pour en savoir plus...

de l’Assistance au Mont Valérien

Remarquable destin que celui de Corentin Celton. En effet, son histoire est avant tout celle d’une belle ascension sociale, par l’armée mais aussi le militantisme politique et syndical. Mais le paradoxe est que le souvenir de ce finistérien fusillé au Mont Valérien pendant la Seconde Guerre mondiale est beaucoup plus vif à Paris, où il donne son nom à une station de métro, que dans sa Bretagne natale.

Pour en savoir plus...

La carrière de Miséry

La carrière de Miséry, bien qu’aujourd’hui disparue, est un haut-lieu du patrimoine nantais puisque, sans elle, la ville ne pourrait pas exister, tout du moins comme nous la connaissons actuellement. C’est donc tout le mérite de l’équipe de la revue Place publique Nantes que de mettre en lumière ce lieu unique, véritable fondement géologique et architectural de la cité des Ducs.

Pour en savoir plus...

Maxime Maufra, la cause de l’art

S’il est aujourd’hui inconnu du plus grand public, Maxime Maufra est un peintre qui compte dans l’histoire bretonne des arts. Plus encore, son parcours, fait de ruptures, d’oppositions et de contradictions, dévoile en filigrane les conditions qui permettent l’émergence de la première génération du mouvement breton. Maxime Maufra est en effet le peintre quasi officiel de ce premier emsav.

Pour en savoir plus...

L’abbé Elie Gautier

Fondateur de la Mission bretonne à Paris, institution toujours bien vivante, l’abbé Elie Gautier est un individu complexe : homme d’Eglise, il est aussi un chercheur en sciences sociales dont les travaux font toujours, plus de cinquante ans après leur publication, autorité. Mais science et conscience – religieuse en l’occurrence – ne font pas toujours bon ménage et l’abbé reste avant tout un homme engagé.

Pour en savoir plus...

Béria et les intrigues du Kremlin

Le 10 juillet 1953, la presse occidentale révèle une véritable « bombe ». Alors qu’on pensait qu’il allait succéder à Joseph Staline, Lavrenti Béria est subitement tombé en disgrâce, accusé de « saper l’Etat soviétique dans l’intérêt du capital étranger ». Ouest-France accueille avec inquiétude cette nouvelle, craignant que l’amorce de détente avec le bloc soviétique ne soit remise à plus tard…

Pour en savoir plus...

A propos de la décadence de la langue

Véritable serpent de mer, l’appauvrissement supposé de la langue française alimente, depuis des décennies, d’intenses débats entre linguistes, enseignants – qui seraient en partie responsable de cette déperdition – et citoyens ordinaires. Mais, un article à charge, publié en 1929 dans Le Progrès du Morbihan, permet, du fait de son intemporalité, de relativiser cette vision régressive.

Pour en savoir plus...

Une première génération de vieux ?

Le 15 octobre 1970, Jacques Duquesne publie dans le grand quotidien breton Ouest-France un éditorial dans lequel il aborde la question de la vieillesse. Alors que le baby-boom s’achève, le journaliste témoigne de l’émergence d’une génération de retraités qui, au même titre que la jeunesse, doit faire face à de nombreux bouleversements sociétaux et s’impose en tant que classe.

Pour en savoir plus...

Faut-il faire entrer l’accusé ?

L’intérêt des Français pour les faits divers n’est pas nouveau. Depuis la fin du XIXe siècle, de nombreux journaux s’emparent de cette thématique vendeuse, avec il faut bien le concéder plus ou moins de rigueur. Faut-il pour autant délaisser cette source ? Certainement pas mais il convient de la manœuvrer avec une extrême prudence tant les pièges qu’elle recèle sont nombreux.

Pour en savoir plus...