une carrière politique surprenante

Député puis sénateur du Morbihan, Paul Maulion est aujourd’hui une des figures méconnues du monde politique breton de l’entre-deux-guerres. Son parcours pour le moins sinueux en fait pourtant un objet d’historie redoutablement complexe ! Radical convaincu, soutien du Front populaire, il n’a de cesse de surprendre du fait de ses choix et siège, en 1941, au Conseil national de Vichy.

Pour en savoir plus...

Les fusillés de Port-Louis

La profanation de l’urne scellée dans le mur du mémorial de Port-Louis, en octobre 2018, a provoqué une vive émotion dans le département. Pour comprendre cette indignation populaire, il convient de remonter au printemps 1944. C’est en effet là qu’ont lieux les actes terribles qui font de Port-Louis  un des hauts lieux de mémoire de la Seconde Guerre mondiale en Bretagne.

Pour en savoir plus...

Le tramway était conduit par une femme

Si la Première Guerre mondiale permet l’entrée de quelques femmes dans certains bastions masculins du marché du travail, les stéréotypes de genre restent eux solidement ancrés. C’est ce que rappelle  un dramatique fait divers survenu en décembre 1915 dans les faubourgs de Rennes : un homme est renversé par un tramway conduit par une femme. Or la manière dont L’Ouest-Eclair rapporte les faits constitue une précieuse archive pour l’histoire du genre.

Pour en savoir plus...

Guipavas dans la Grande Guerre

Il en est de même en matière de chemin de fer et de livres : un train peut en cacher un autre. Aussi le lecteur de cette monographie consacrée à la commune de Guipavas dans la Grande Guerre se doit-il de bien se garder de rester sur sa première impression. En effet, malgré de réelles lacunes, ce petit livre malin regorge de sources rares, témoignages inédits ou méconnus qui ajoutent à notre connaissance de ce conflit.

Pour en savoir plus...

Yann Sohier : figure originale

Yann Sohier est non seulement une des figures les plus emblématiques mais les plus paradoxales du mouvement breton de des années 1920-1930. Réussissant la synthèse de la carpe et du lapin, il est proche d’Olier Mordrel, Morvan Marchal et de l’équipe de Breiz Atao tout en penchant vers le communiste Marcel Cachin. Sa mort prématurée l’a donc dispensé de choisir, ce qui laisse ouvertes les supputations.

Pour en savoir plus...

Poursuivre la guerre derrière les barbelés ?

C’est une source importante car extrêmement rare que viennent de publier les Archives dormantes, jeune maison d’édition briochine : les carnets d’Hugor Ringer, interné civil allemand au camp du Jouguet, à Saint-Brieuc, pendant la Grande Guerre. Mais, comme tout témoignage, ce document exceptionnel ne se laisse pas appréhender facilement : alors, brillante écriture de soi ou savant calcul ?

Pour en savoir plus...

Alphonse Rio, une vie tournée vers la mer

Capitaine au long court devenu ministre de la Marine marchande, Alphonse Rio est certainement l’un des hommes politiques bretons les plus influents de l’entre-deux-guerres. Accaparé par ses fonctions parisiennes, il n’en demeure pas moins un fervent défenseur du développement de la Bretagne, et notamment de sa façade sud, si proche de son fief électoral quiberonnais.

Pour en savoir plus...

Avirons contre gouvernails

Le 6 septembre 1909, une rixe éclate à Quiberon entre des pêcheurs morbihannais et finistériens. Sur fond de crise sardinière, l’affrontement est assurément violent mais prend une tournure misérabiliste dans la presse nationale. De quoi énerver les Bretons qui craignent que cette mauvaise publicité éloigne les potentiels touristes et aggrave les difficultés de la région.

Pour en savoir plus...

Le village harki de Saint-Avé

La question harkie n’a pas en Bretagne l’intensité dramatique que l’on peut observer dans le sud de la France ou en région parisienne. Pourtant, c’est non sans solennité que le préfet du Morbihan inaugure, au nord de Vannes, le 14 juin 1964, un village destiné à accueillir des familles de harkis. Une structure qui amène inévitablement à interroger le rôle de la Bretagne dans ce drame qui reste encore une véritable plaie mémorielle.

Pour en savoir plus...

L’émigration, oui… mais dans les colonies

Si les Bretons ont migré en masse, à Paris, au Havre et parfois même aux Etats-Unis, jusqu’à y fonder de véritables communautés, rares sont en revanche ceux qui semblent avoir tenté l’aventure coloniale. Tout du moins aux yeux de l’universitaire J. Bernard qui, le 29 juillet 1901, dans une tribune publiée dans L’Ouest-Eclair, plaide pour que des Bretons fondent de véritables colonies de peuplement au sein de l’Empire.

Pour en savoir plus...

la Jean Vilar du théâtre breton ?

Son travail fut aussi précurseur que déterminant pour le théâtre en France et, pourtant, son nom est aujourd’hui pratiquement oublié, occulté par celui de l’illustre Jean Vilar. La bretonne Jeanne Laurent, née à Cast dans le Finistère, est pourtant la grande maîtresse d’œuvre de la décentralisation théâtrale au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, posant les jalons de la scène que l’on connaît de nos jours.

Pour en savoir plus...

Une magistrale leçon d’histoire

A travers la triste vie d’un interné de l’asile départemental d’aliénés de Quimper, dans le Finistère, un dénommé Paul Taesch, né orphelin à Paris, Anatole Le Bras livre une passionnante description de l’univers de la psychiatrie en France à la fin du XIXe siècle. Ce faisant, il livre un ouvrage magistral, une superbe leçon de méthode historique que chacun se doit de connaître tant il est certain qu’elle fera date.

Pour en savoir plus...

la généalogie de la langue bretonne

Curieuse destinée que celle de François Falc’hun, homme de vocations rencontrées très tôt. Né dans une famille de modestes paysans bretons, il se passionne pour cette langue au point d’en entreprendre une histoire qui fera date. Professeur de celtique à l’université de Brest, il est aussi ordonné prêtre au début des années 1930. Pour autant, sa pensée ne peut être déconnectée du temps qui la produit.

Pour en savoir plus...

Les lois scolaires et la presse conservatrice

Les lois scolaires portées par Jules Ferry réforment en profondeur l’enseignement en France, et la Bretagne ne fait pas exception à ce constat. Très rapidement, la presse conservatrice s’empare du sujet pour condamner les adversaires républicains qu’elle accuse de vouloir conduire le pays au désastre. Ces premiers articles ne sont que le prélude d’une guerre scolaire qui touche durablement la Bretagne.

Pour en savoir plus...

la Bretagne dit « oui » à la Ve République

Trop souvent hâtivement perçue comme unanimement conservatrice, la Bretagne vote à première vue sans aucune ambiguïté en faveur de la constitution de la Ve République portée par le général de Gaulle à l’occasion du référendum du 28 septembre 1958. Pour autant, les chiffres sont trompeurs et peinent à décrire un accord prudent, nuancé. En effet, les Bretons exprimant en réalité un « oui mais ».

Pour en savoir plus...

la Résistance par le menu

A première vue, recopier clandestinement sur des carnets des recettes de cuisine alors que l’on est précisément tenaillé par la faim paraît relever de la pure folie. Pourtant, si Christiane Hingouët s’adonne en déportation à cette activité éminemment dangereuse, c’est moins pour fantasmer sur d’hypothétiques repas que pour renouer avec une pratique, l’écriture, qui fonde le genre humain dont les nazis veulent l’exclure.

Pour en savoir plus...

Le « beau sport breton »

Parmi les sports « traditionnels » bretons figurent la lutte, autrement dit le gouren. Or, sur la lice où s’affrontent les champions comme en bien d’autres lieux, la tradition n’est que pure invention, et on l’a doit en l’occurrence à un médecin de Quimperlé, Charles Cotonnec. C’est d’ailleurs dans cette ville du Finistère que se déroule le 30 août 1931 un grand tournoi de ce « le beau sport breton » qui passionne les foules.

Pour en savoir plus...

La construction de la « voie express »

Si la Bretagne gagne quelque chose lors des événements de mai 1968, c’est un plan routier spécifique. Six ans plus tard, le 15 juin 1974, les travaux de doublement des nationales 12 et 165 font l’objet d’un reportage de la télévision régionale. Si la modernité y est omniprésente, les questions environnementales sont absentes, comme si rien ne devait entraver le règne de la voiture.

Pour en savoir plus...

Vers une ouverture des archives des bagnes

A l’image de Guillaume Seznec, près de 100 000 condamnés transitent par l’un des nombreux bagnes coloniaux. Les chercheurs et les généalogistes qui s’intéressent à cette histoire peuvent, aujourd’hui, assouvir facilement leur curiosité en consultant, directement depuis leur ordinateur, une partie des registres matricules conservées aux Archives nationales d’outre-mer.

Pour en savoir plus...

Nantes, ville rock

Le rock and roll n’est toujours pas mort et pourtant il devient objet d’histoire. Mieux, cette musique populaire est même le sujet d’une formidable exposition consacrée par le musée du château des Ducs de Bretagne à son développement à Nantes. Johan Vincent l’a visitée pour En Envor et nous dit tout des collections rassemblées pour l’occasion dans une muséographie originale, riche et didactique.

Pour en savoir plus...

Les Bretonnes, Paris et la prostitution

L’une des images les plus sulfureuses qui revient lorsqu’on évoque l’histoire de l’émigration bretonne à Paris est celle de la prostitution, à tel point qu’il ne semble pas exagéré de parler de véritable fantasme. Car de la réalité des chiffres à celle véhiculée par les représentations mentales, il y a parfois un écart considérable qui rappelle à l’historien combien il y a là un terrain d’étude véritablement passionnant.

Pour en savoir plus...