Du héros à la figure légendaire

Et si un héros, comme les trains, pouvait en cacher un autre ? Autrement dit, et si derrière la nécrologie du parachutiste SAS Pierre Léostic que publie L’Aurore le 4 octobre 1944 se cachait en réalité la figure très célèbre d’un autre très jeune engagé volontaire breton, Corentin Carré ? Il est vrai qu’en cet automne 1944, la guerre est loin d’être finie et que les consciences ont besoin d’être remobilisées.

Pour en savoir plus...

Le New-York Times et les Bretons de Gourin

Si l’histoire des Bretons qui partent de Gourin pour s’établir plus ou moins durablement à New-York est connue, celle-est ci quasiment systématiquement appréhendée du point de vue de la péninsule armoricaine. Un passionnant article du New-York Times publié en 1967, et déniché il y a peu par l’association Breizh Amerika, permet toutefois de renverser la focale et de saisir le regard de l’Oncle Sam sur ces immigrés.

Pour en savoir plus...

Agnès Souret, « plus belle femme de France »

L’élection de la bretonne, par sa mère, Agnès Souret au lendemain de la Grande Guerre au titre éminemment honorifique de « plus belle femme de France » n’a rien d’anodin. En effet, cette miss France dit, sans doute malgré elle, parfaitement la période, entre retour à un ordre genré pour le moins traditionnel et confiance toute relative envers un pays sorti certes vainqueur mais exsangue des tranchées.

Pour en savoir plus...

la Bretagne dans une nouvelle guerre ?

La manière dont le grand quotidien catholique breton L’Ouest-Eclair rend compte de la chute de Bela Kun et sa République des Conseils de Hongrie en août 1919 est tout sauf anodine. Derrière un anti-communisme viscéral qui n’est pas sans préfigurer une logique de guerre froide se trouvent certains ferments qui non seulement suggèrent une impossible entrée en paix mais le basculement vers une nouvelle guerre.

Pour en savoir plus...

Aux sources de l’artiste combattant ?

Auguste Nayel est aujourd’hui un artiste tombé dans l’oubli, ce qui s’explique notamment par le fait que l’essentiel de ses œuvres disparaît pendant la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, il tient encore une place centrale dans la géographie symbolique de la ville de Lorient. Il est vrai que ce sculpteur réputé est, à sa mort, une figure d’autant plus incontournable qu’elle est compatible avec la République et de surcroît patriote.

Pour en savoir plus...

pour une histoire de la marine et des marins

Malgré l’importante façade maritime de la péninsule armoricaine, force est de constater que l’histoire de la Bretagne en regarde pas beaucoup vers l’océan. C’est donc avec le plus grand intérêt que l’on dépouillera les archives que le site des Archives départementales de Loire-Atlantique propose en ligne : registres matricules des gens de mer mais aussi journaux de bord ou rapports de commandants…  

Pour en savoir plus...

les huîtres lors de l’hiver 1940-1941

Les huîtres sont un produit absolument délicieux. Mais, delà à ce que L’Ouest-Eclair se félicite que jamais la consommation ait été aussi importante que pendant l’hiver 1940-1941, le premier de l’occupation, il y a un pas qui est difficile à franchir. Les Allemands seraient-ils de grands amateurs de coquillages ? Les Français résisteraient-ils dans leur assiette avec ce mets ? La réponse est plus subtile.

Pour en savoir plus...

1928 : fêtes d’Arvor ou du poilu ?

Les fêtes d’Arvor constituent, encore aujourd’hui, un des temps forts de la saison touristique vannetaise. Mais, lors de la première édition, les 25 et 26 août 1928, soit moins de dix ans après la fin de la Première Guerre mondiale, le cérémonial savamment mis en scène cache une étonnante subtilité : c’est en effet moins la Bretagne et le Moyen-Âge qui sont célébrés que les poilus de la péninsule armoricaine.

Pour en savoir plus...

A propos du pouvoir d’achat des Brestois

Le rôle de la presse est d’informer. Et c’est précisément ce qu’entend faire la Dépêche de Brest à la fin du mois de décembre 1932 en publiant une passionnante enquête sur l’évolution des prix et des salaires dans la cité du Ponant depuis 20 ans. Mais, en refusant de commenter ces chiffres au nom d’une stricte neutralité, le quotidien finistérien distille en réalité la célèbre du « c’était mieux avant ».

Pour en savoir plus...

Sur un thonier en pleine tempête

Curieux article que publie le 17 octobre 1930 le quotidien breton L’Ouest-Eclair. Alors que l’actualité tourne manifestement au ralenti, offrant peu d’informations croustillantes, le journal rennais choisit de publier quelques extraits du livre de bord d’un thonier de Concarneau pris dans une sévère tempête survenue un mois plus tôt. Mais, ces quelques lignes ne sont pas sans engendrer quelques doutes…

Pour en savoir plus...

Pierre Tanvez : le magnat du Trégor

S’il est un nom qui a marqué l’histoire de Guingamp, c’est celui de Tanvez. A l’aube des années 1870, Pierre Tanvez reprend et fait grandir un atelier de machines agricoles qui va devenir, pendant plus d’un siècle, un véritable pôle économique pour la région. Car cette entreprise est en effet indissociable du vaste mouvement de modernisation qui s’empare avec le XXe siècle des campagnes bretonnes.

Pour en savoir plus...

quand un « asile de vieillards » prend feu

Causant la mort d’au moins 10 personnes âgées, l’incendie qui ravage dans la nuit du 3 au 4 février 1906 « l’asile de vieillards » de la Piletière, dans les environs de Rennes, est aujourd’hui complètement sorti des mémoires. Il y a d’ailleurs là une amnésie qui interroge quand on sait combien le drame est fortement médiatisé. Il est vrai que l’agenda politique n’est alors guère propice au souvenir.

Pour en savoir plus...

un breton reconstruit Salonique

Pour un architecte, reconstruire une ville est probablement l’un des plus fantastiques défis qui soit. Et c’est précisément l’opportunité qui est offerte à Joseph Pleyber en 1917, reconstruire la cité grecque de Salonique ravagée par un terrible incendie. Ce faisant, le destin extraordinaire de ce Breton montre certain des transferts de compétence existant entre les sphères civiles et militaires pendant le conflit.

Pour en savoir plus...

de la mémoire de Le Bastard

Edgar Le Bastard est une figure tellement emblématique que l’on se dispute encore son héritage plus de dix ans après sa mort. Même L’Ouest-Eclair, un quotidien qui se revendique pourtant comme catholique, entend se présenter en tant que garant de la mémoire de l’édile. Loin d’être anecdotique, ce positionnement est à dire vrai profondément révélateur de la hiérarchisation des fidélités du journal breton.

Pour en savoir plus...

Une histoire de la décentralisation

La décentralisation est parfaitement semblable à la composition de l’équipe de football de football : tout le monde a un avis sur le sujet sans nécessairement bien le maîtriser. Pour celles et ceux qui, justement, auraient besoin d’une remise à niveau, les éditions Berger-Levrault proposent un passionnant dictionnaire des Grandes figures de la décentralisation : un ouvrage absolument indispensable.

Pour en savoir plus...

A. Le Guennic au prisme du numérique

L’exemple particulier d’Alexandre Le Guennic montre combien les possibilités offertes par le numérique viennent complexifier l’analyse des trajectoires biographiques. Comme en effet un antimilitariste patenté, farouche individualiste et réfractaire à toute autorité peut se distinguer par une bonne conduite lors de son service militaire et même devenir caporal ? C’est, il est vrai, à y perdre son latin.

Pour en savoir plus...

Saint Patern pour conjurer la sécheresse

Et s’il suffisait de prier un saint bien spécifique pour faire tomber la pluie ? Dans le diocèse de Vannes, le curé en est persuadé : face à la sècheresse qui sévit en 1989, et se prolonge jusqu’au mois d’octobre, c’est vers saint Patern qu’il faut se tourner. Une pratique qui pourra faire sourire mais qui n’en atteste pas moins de la force du sentiment religieux dans cette partie du Morbihan.

Pour en savoir plus...

une jeunesse catholique et bretonne

Qu’est ce qui permet d’expliquer que Zénaïde Fleuriot, l’une des plus prolifiques romancières bretonnes de la fin du XIXe siècle, soit aujourd’hui complètement sortie des mémoires ? Certes, en matière de littérature comme en bien d’autres choses, le temps fait son œuvre. Mais en l’occurrence, des raisons plus politiques permettent de voir comment Zénaïde Fleuriot se prive malgré elle de tout un lectorat.

Pour en savoir plus...

Une brume fatale pour le SS Egypt

De par l’importance de sa façade maritime, la Bretagne est régulièrement témoin de terribles naufrages. En dépit de cette sinistre récurrence, chaque tragédie rappelle aux Bretons à quel point la mer est dangereuse. Ainsi, lorsque le SS Egypt entraine dans sa perte, au large du Finistère, une centaine de passagers, un sentiment d’effroi se répand immédiatement dans la presse bretonne.

Pour en savoir plus...

Nantes découvre son tramway

Aujourd’hui véritable emblème de la cité des Ducs de Bretagne, le tramway de Nantes est l’histoire d’une renaissance pour le moins difficile. Au cœur des élections municipales de 1983, le projet est poursuivi malgré l’opposition de l’équipe municipale nouvellement élue. Pourtant, rapidement, il suscite l’enthousiasme des usagers malgré une cohabitation pas toujours évidente avec les automobilistes.

Pour en savoir plus...

De la hache au couteau suisse

Objet d’un riche volume collectif publié par le Centre de recherche bretonne et celtique, le poète groisillon Jean-Pierre Calloc’h est une figure véritablement mythique de l’histoire contemporaine bretonne. Et c’est bien parce qu’il devenait urgent de commencer à démêler la légende des faits, l’histoire de la mémoire, que cet ouvrage collectif dirigé par Sébastien Carney est une lecture qu’on ne saurait trop recommander.

Pour en savoir plus...