Résistant, entrepreneur et politique

Hôtelier, Résistant, député, déporté, négociant en vin… Hervé Nader est l’homme de plusieurs vies. Difficilement saisissable, son parcours rappelle la complexité du réel, à savoir que l’on peut Résister tout en venant de la droite nationaliste, ou encore que l’on peut se prononcer en faveur de l’Algérie française en 1958 pour protéger moins une certaine idée de la France que son entreprise.

Pour en savoir plus...

Le 13 mai 1958 de Gwen-Aël Bolloré

Il est des dates qui révèlent toute la complexité d’un homme. Tel est le cas du 13 mai 1958 de Gwen-Aël Bolloré, jour forcément spécial pour cet ancien Français libre ayant débarqué le 6 juin 1944 en Normandie que l’amorce du retour au pouvoir du général de Gaulle ne peut pas laisser insensible. Mais en ce 13 mai 1958, débute également dans le finistère le tournage des Naufragés, sur un scénario de Gwen-Aël Bolloré.

Pour en savoir plus...

Le choix des mots

Et si la première tâche des historiennes et des historiens était d’employer les bons mots ? Une telle interrogation peut paraître de prime abord bien naïve. Pourtant, le vocabulaire conduit parfois à certains dilemmes qui trahissent de véritables enjeux. Travaillant sur les Algériens d’Ille-et-Vilaine en 1958, Charlène Droguet explique combien il est difficile de « nommer son sujet », aucune terminologie ne convenant réellement.

Pour en savoir plus...

René Esnault et la crise chaussure fougeraise

Fougères est indissociable, jusqu’au début des années 2000, de l’industrie de la chaussure, activité qui constitue le véritable poumon économique de la ville. Mais la crise qui la  frappe au début des années 1950 dit tout l’archaïsme de cette production. Lui-même chaussonier, René Esnault livre un diagnostic qui dit le basculement de la Bretagne dans l’ère de la production de masse.

Pour en savoir plus...

La journée du 28 mai 1958 en Ille-et-Vilaine

Bien qu’éloigné de plusieurs milliers de kilomètres d’Alger, le département d’Ille-et-Vilaine, à l’instar de toute la Bretagne du reste, suit avec attention et gravité les événements qui s’y déroulent au printemps 1958. Aussi la journée du 28 mai témoigne-t-elle au final d’une région qui, sous une apparente mais trompeuse tranquillité, n’hésite pas à se mobiliser pour « la défense de la République ».

Pour en savoir plus...

L’opposant socialiste au général de Gaulle.

1958 est indéniablement une année de rupture. Et qui de lieux que Tanguy Prigent pour l’illustrer ? Député en 1936, grand Résistant, devenu ministre en 1944, il est assurément une figure de la IVe République. Mais son opposition au retour du général de Gaulle interrompt cette brillante trajectoire politique, jusqu’à l’éloigner de son ami Guy Mollet qui lui, finira par embrayer le pas de l’homme providentiel.

Pour en savoir plus...

Les sinueuses lignes d’André Morice

S’il est un adage qu’il convient de garder en tête lorsqu’on s’intéresse à l’histoire politique, c’est qu’en politique, justement, on n’est jamais vraiment mort. C’est ce que semble démontrer l’exemple d’André Morice, au climax de sa carrière politique au début  1958. Rattrapé par son trouble passé de la période 1940-1944, il n’en poursuit pas moins sa carrière, sur le plan local, questionnant d’autant cette année 1958 que l’on dit de renouvellement.

Pour en savoir plus...

La petite Sibérie bretonne

Ayant laissé peu de traces dans la mémoire collective, le parcours de Roger Thomas n’en est pas moins particulièrement intéressant en ce qu’il dit bien l’évolution du Parti communiste en centre-Bretagne dans la seconde partie du XXe siècle. Une évolution qui ne résiste pas à la lame de fond de 1958 et qui, malgré l’union de la gauche, ne parvient pas à reconquérir les sommets de la Libération.

Pour en savoir plus...

Ce que commémorer veut dire

Pour un homme politique, la tentation commémorative est évidente tant il est tentant de s’apparenter un passé perçu comme nécessairement glorieux. Mais à trop confondre histoire et mémoire, on se prend parfois les pieds dans le tapis et c’est précisément ce qui arrive au maire socialiste de Lorient Jean Le Coutaller lorsqu’il décide de commémorer, en 1958, l’Appel du 18 juin 1940.

Pour en savoir plus...

Savelli et la poursuite de la Résistance

Singulier parcours que celui d’Horace Savelli qui, Compagnon de la Libération et Français libre de la première heure, se mue après 1958 en farouche opposant au général de Gaulle, au point de devenir un important responsable de l’OAS. Mais le plus intéressant dans cette histoire est la manière dont cet aristocrate justifie ses actes, comme si la séquence 1939-1945 se prolongeait jusque dans les années 1960.

Pour en savoir plus...

La genèse du Vieux lion

C’est en 1958, à la faveur du retour au pouvoir du général de Gaulle, que Gabriel de Poulpiquet devient député. S’il s’inscrit dans une dynamique nationale certaine, ce succès électorale ne doit rien au hasard et est au contraire le résultat d’une longue histoire, faite de tradition familiale, de mandats locaux, de sociabilités partisanes et d’engagements dans de multiples structures.

Pour en savoir plus...

L’autre drame de Munich…

Le 6 février 1958, le football connaît l’un des pires drames de sa pourtant longue, riche et mouvementée histoire. Au milieu de l’après-midi, sur la piste enneigée de l’aéroport du Munich, en Allemagne, l’avion transportant l’équipe de Manchester United rate son décollage. L’accident fait 23 morts. L’émotion est vive en Europe comme en témoigne la presse bretonne.

Pour en savoir plus...

Sakiet : le début de la fin pour la IVe ?

La mémoire collective, parfois volontiers oublieuse, a quelque peu effacé le souvenir du bombardement de Sakiet Sidi Youssef. Cette opération aérienne menée par l’aviation française à la frontière algéro-tunisienne constitue pourtant un événement majeur qui, contrairement à ce que pourrait laisser croire la presse de l’époque, contribue certainement pour beaucoup à la chute de la IVe République.

Pour en savoir plus...

le 40e anniversaire du 11 novembre 1918

Les grandes commémorations disent beaucoup des pays qui les organisent. C’est ainsi par exemple qu’en 1958, loin de célébrer la geste gaullienne, le 40e anniversaire du 11 novembre 1918 place sur le devant de la scène René Coty. Le message est strictement hexagonal, comme si le pays meurtri par une sévère crise politique et une guerre qui ne dit son nom cherchait avant tout à se penser en vainqueur.

Pour en savoir plus...

une fidélité gaulliste à toute épreuve

Victor Golvan est probablement l’une des principales figures du gaullisme en Bretagne. Sa loyauté sans faille au discours du général de Gaulle fait de lui un personnage incontournable de l’année 1958 dans le Morbihan. Sa carrière témoigne notamment des difficultés rencontrées par le RPF dans le département et de la rivalité entre les différentes tendances de la droite bretonne.

Pour en savoir plus...

Quand Bénouville s’établit en Bretagne

S’il est difficilement saisissable par ses ambiguïtés et ses revirements, sans compter une forte odeur de souffre, le parcours politique de Pierre Guillain de Bénouville n’en est pas moins riche d’enseignements. Tel est le cas de la carrière que ce Normand, qui affirme descendre d’une très illustre famille d’aristocrates, mène en Bretagne, en étant  élu par deux fois député du département d’Ille-et-Vilaine.

Pour en savoir plus...

Le deuxième 18 juin du général de Gaulle

Le 1er juin 1958, Charles de Gaulle fait un retour remarqué au pouvoir. Après plusieurs semaines de tumulte, l’ancien chef de la France Libre apparaît toutefois aux yeux de nombreux Français comme un « fasciste ». Hasard du calendrier, la proximité de l’anniversaire du 18 juin 1940 apparaît comme une aubaine pour rappeler qu’il est bien le premier des Résistants.

Pour en savoir plus...

De la France Libre au RPF

Adrien Charrier est l’une des personnalités les plus marquantes de la droite morbihannaise d’après-guerre. Engagé dans les Forces Françaises Libres dès 1940, sa fidélité au  général de Gaulle ne se dément pas, même après 1946. Lorsque l’homme du 18 juin revient au pouvoir en 1958, Adrien Charrier devient naturellement l’un de ses plus fervents défenseurs, même si son parcours politique prend sa source à gauche.

Pour en savoir plus...

L’ attentat des toilettes du Palais Bourbon

Le 5 février 1958, une bombe explose dans les toilettes du Palais Bourbon. Alors qu’une partie de l’opinion se déchire au sujet d’une possible entame des négociations sur l’indépendance de l’Algérie, l’attentat fait grand bruit. S’agit-il de partisans du FLN ou d’un groupuscule d’extrême droite ? Retour sur cet évènement à bien des égards énigmatique, vu de Bretagne.

Pour en savoir plus...

Le Duc du Gaulllisme

Un vieux dicton stipule qu’en politique on est jamais mort tant les situations peuvent évoluer rapidement, et de manière insoupçonnée. C’est bien cette réalité de l’importance du « moment » qu’illustre la carrière parlementaire de Jean Le Duc, morlaisien venu au gaullisme dans les rangs de la Résistance mais qui, curieusement, entretient des liens assez distendus avec la formation politique du Général.

Pour en savoir plus...

Le Tour de la question ?

La découverte du tracé du Tour de France est, en Bretagne, un véritable évènement. Plusieurs mois avant l’épreuve, les spéculations commencent pour savoir quelles sont les chances des Bretons. En 1958, l’hypothèse d’un retour du triple vainqueur de l’épreuve, Louison Bobet, est sur toutes les lèvres. Mais derrière ses réjouissances se cachent également de véritables inquiétudes sur l’avenir de la Grand Boucle.

Pour en savoir plus...

de Gaulle, un retour vu de Bretagne (1958)

Après une longue traversée du désert, Charles de Gaulle revient au pouvoir à la fin d’un mois de mai 1958 particulièrement troublé. Entre les émeutes algériennes et les menaces sur la métropole, quel regard les Bretons portent sur le retour du général de Gaulle ? Si la personne de l’homme du 18 juin entraîne à l’évidence l’adhésion qu’en est-il du projet politique gaulliste ?

Pour en savoir plus...

un « très grand film »

Le 20 décembre 1957, Le Pont de la rivière Kwaï sort sur les écrans français. Adapté d’un roman de Pierre Boulle, le film est honoré par sept statuettes lors de la cérémonie des Oscars de 1958. Si la réception outre-Atlantique est excellente, comment est-il accueilli en Bretagne ? Un article publié dans La Liberté du Morbihan nous offre quelques éléments de réponse.

Pour en savoir plus...

 

1958: La non-qualification de l’Italie

La non-qualification de l’équipe d’Italie pour la Coupe de monde, le 13 novembre 2017, est un évènement pour l’ensemble de la presse internationale. C’est en effet la deuxième fois que l’équipe, quadruple détentrice du trophée, échoue à ce stade de la compétition. Mais la première fois, en 1958, la presse bretonne n’accorde qu’une maigre importance à la déroute transalpine.

Pour en savoir plus...

recourir au passé pour comprendre le présent ?

Les ruptures de l’année 1958 agissent à la manière d’un choc sans précédent sur les contemporains et sont, en conséquence, faute de repères, difficilement compréhensibles. La tentation est donc forte, pour comprendre le réel en cours, de puiser dans des événements historiques récents. Mais ces réactivations mémorielles se révèlent souvent peu pertinentes et révèlent d’autres fractures, plus anciennes.

Pour en savoir plus...

De la France Libre au Palais Bourbon

Le parcours de l’abbé Hervé Laudrin est à bien des égards intéressants. Fondateur du Centre d’éducation physique de Lorient, il s’illustre à partir à partir de 1943 au sein des Forces françaises libres. Gaulliste convaincu, l’abbé entame une carrière politique à l’occasion du retour du Grand Charles en 1958. Il sera bientôt le dernier ecclésiastique à siéger au Palais Bourbon.

Pour en savoir plus...

L’affaire Imre Nagy en Bretagne

Le 16 juin 1958, Moscou annonce l’exécution des meneurs de la révolution hongroise de l’automne 1956. En Bretagne, la presse s’inquiète des méthodes soviétiques qui rappellent inévitablement les purges staliniennes. Au-delà de la simple émotion, l’affaire Imre Nagy montre les failles qui empêchent les gauches de s’unir pour s’opposer au retour controversé du Général.   

Pour en savoir plus...

1958 : année écolo ?

Lorsqu’on songe à 1958 viennent rapidement en tête de nombreuses images : le retour au pouvoir du général de Gaulle et l’avènement d’une nouvelle constitution sur fond de guerre en Algérie, même si celle-ci ne dit pas encore son nom. Rares sont probablement celles et ceux qui associent cette année à la lutte en faveur de l’environnement. Pourtant, par bien des égards, 1958 c’est en Bretagne l’année écolo.

Pour en savoir plus...

législatives de 1958 : une vague de clarté ?

Grignotée par les sciences politiques, l’histoire politique n’est probablement pas la discipline la plus à la mode en ce moment. Elle est pourtant passionnante tant l’objet au cœur de l’analyse – le vote – est au final difficile à cerner et à interpréter. De surcroît, en introduisant de la nuance et en invitant à la mesure, elle éclaire d’une lumière bienvenue les affres d’une actualité chaude que l’on interprète trop souvent sans recul.

Pour en savoir plus...

Du pinard dans les cartables

S’il est un cliché peu flatteur qui colle souvent à la Bretagne, c’est bien celui de l’alcoolisme. Malgré le combat acharné des autorités civiles, militaires et religieuses, la consommation d’alcool met du temps à reculer. Pire, dans les années 1950, plus de la moitié des enfants boivent du vin ou du cidre dans leur eau. C’est ce qu’expose une étude alarmante publiée en 1958. 

Pour en savoir plus...